Je me présente Aurélien Mabilleau, Orel pour les potes, j’ai eu 40 ans tout récemment le 2 novembre. Je vis à Saint Philbert depuis début 2020 après avoir passé 12 ans à La Limouziniere. Je suis Angevin d’origine, Beaufort en Vallée pour ceux qui connaissent.

J’ai toujours aimé le sport et la nature. Quelques années de foot dans mon plus jeune age, je ne suis pas très bon a ce sport 😉 je m’oriente a 15 ans vers le cyclisme sur route. 6 ans de cyclisme jusqu’au niveau R1 si ça parle a certains. Ensuite 4 ans de badminton puis 6 années de tennis au club de saint Philbert. En parallèle du tennis je cours de plus en plus, en solo. En 2017 je participe au super trail Nantais, 40kms, un calvaire total !… Mais la course a pied m’intéresse. Je prends donc une licence au club en septembre 2017. C’est avec Dédé que je fais mes premiers km en tant que licencié du club, un bel accueil de sa part, merci Dédé !

Le club est dynamique, l’ambiance est top, petit a petit je me laisse entraîner par l’émulation entre athlètes du club. Je participe à de belles courses avec les copains, des courses auxquelles je n’aurais jamais pensé pouvoir participer.

Année 2020 : objectif diagonale des fous ! Un rêve ! Pour atteindre l’objectif, je prévois plusieurs belles courses de prépa.

Mais le Covid est là, toutes les courses de prépa sont annulées sauf la diag qui est maintenue… je continue à m’entraîner. Le plan de Dominique est top, j’y ajoute quelques touches persos, je me sens en grande forme ! Quelques semaines avant le départ la sentence tombe : la diag n’aura pas lieu 🙁

Déçu d’avoir passé toutes ces heures d’entraînement, d’avoir sacrifié une partie de ma vie de famille, je regarde s’il existe une course maintenue qui pourrait me consoler. Le lendemain je suis inscris pour « La grande traversée » des 100 miles du sud de France.

C’est donc cette course, non prévue a l’origine, pour laquelle je me suis inscris seulement 14 jours avant le départ, qui me vaut l’honneur d’être glorifié du titre suprême de l’ARSL ;-))))

La grande traversée des 100 miles du sud de France – 120km / 5800D+ / 6500D- :

Course assez stressante au départ, le briefing d’avant course est accablant : conditions météo exécrables départ échelonnés et avancés de 2 heures afin de profiter d’une meilleure fenêtre météo. Ça ne suffira pas : les derniers partant sont déroutés au refuge des cortalets. On démarre la course avec 1600 de d+ direct ! Ayant une douleur latante depuis 3 semaines (psoas, adducteur, difficile à diagnostiquer) je voulais partir tranquillement. Il n’en ai rien puisque tout le monde attaque la montée a fond pour passer le sommet avant le mauvais temps, je décide de suivre le rythme. Douleur désagréable la 1ere heure puis elle disparaît miraculeusement et ne reviendra pas jusqu’à l’arrivée 😉 C’est ce qui s’appelle soigner le mal par le mal. Les 40 premiers km sont apocalyptiques : pluie puis neige au-dessus de 1400, vent, -3°c sur les hauteurs. Mais avec mes 4 couches de vêtements et mes fameuses chaussettes étanches je supporte le froid. Les sentiers sont très glissants à cause de la neige, on ne sait pas trop où aller car on ne voit plus le chemin, un peu compliqué… Malgré tout ça je me sens dans un état de forme que je n’ai jamais ressenti en course. Je m’arrête assez longuement à la première base de vie pour me changer intégralement avec des vêtements secs, bien manger et me masser. Je perds pas mal de place environ 20 je crois. Comme je me sens bien je décide d’envoyer un peu pour récupérer des places. Je n’ai aucune idée de mon classement. Ma femme m’a juste dit que je suis très bien classé (je n’ai su mon classement qu’à l’arrivée). Ça me gonfle à bloc. Les jambes répondent hyper bien. Je passe très peu de temps sur les ravitos et je m’arrête très peu à la 2eme base de vie. Il reste ce qui ressemble à 2 petits monticules sur le profil, un de 300d+ et un de 500d+. En fait il s’agit plus de 2 murs d’escalade !!!! Un final extrêmement difficile ! Mais ça passe bien. La dernière descente vers l’arrivée est extraordinaire, les jambes répondent encore alors j’envoie au maximum afin de franchir la ligne en moins de 21h et gratter encore quelques places. Au final je termine 21ème sur 300 coureurs.

Je remercie ma famille qui me soutien au quotidien dans ce sport assez égoïste qu’est la course à pied et sans qui rien ne serait possible ; vous tous, les copains de l’ARSL qui me poussez vers le haut et me font progresser au quotidien ; Dominique pour son coaching et ses conseils avisés.

Je me sens vraiment bien dans ce club qui va bien au-delà du sport. Les séances d’entraînement sont variées, j’apprends beaucoup des autres… De temps en temps une petite bière d’après entrainement pour débriefer et partager de superbes moments et anecdotes.

Malgré la conjoncture actuelle quelques courses en vue pour l’année prochaine, on ne lâche rien : Swiss canyon, GRP 80, … et pourquoi pas la Diag 🤞

Merci l’AR Sud Lac !